Menu Fermer

Exercice pendant vos règles >> Tout sur votre cycle menstruel

par Pauline Six

Voici la simple vérité sur un sujet quelque peu tabou, courir sur ses règles est possible. Il est possible de s’entraîner pendant les règles – même si, pour être honnête, cela peut être moins qu’agréable. Voici quelques conseils simples pour vous aider à vous entraîner… tous les jours du mois.

Une belle représentation : Uta Pippig

En 1996, Uta Pippig a remporté le marathon de Boston, malgré de lourdes pertes de sang menstruel. La presse a largement ignoré le sang, et a plutôt célébré sa ténacité en tant qu’athlète. L’image d’elle franchissant la ligne d’arrivée, les jambes baignant dans le sang, illustre parfaitement notre propos. Oui, elle a admis avoir souffert et a même envisagé d’abandonner la course, mais elle a choisi de continuer et a été récompensée par la victoire pour sa détermination.

Étude sur le Marathon de Londres 2015

Toutes les femmes ne peuvent pas s’identifier à l’exemple héroïque, sinon intimidant, de persévérance de Pippig.

Une enquête a été réalisée auprès de 1 073 participantes au Marathon de Londres 2015. Parmi ces femmes, environ 30 % ont déclaré que leur cycle menstruel avait un impact négatif sur leurs performances et la formation.(1)

La plupart des coureuses sont touchées d’une manière ou d’une autre, alors regardons les choses de plus près.

Le sport et les phases du cycle : quand faut-il être prudent ?

La connaissance de votre cycle peut être un allié puissant pour optimiser votre formation. Soyez particulièrement vigilant lors de vos séances d’entraînement, du 14e jour environ au 28e jour de vos règles. Pendant cette période, il y a jusqu’à trois fois plus de risques de blessures du LCA (comme une rupture) au niveau du genou(2)

Cycle menstruel et performances

Il n’existe pas de preuve formelle que « les menstruations sont liées à une sous-performance ». en cours d’exécutionou d’autres sports d’endurance (3) Cependant, l’augmentation hormonale dans le corps des femmes peut rendre plus difficile l’accès à l’oxygène pour les muscles. Les autres mesures de performance ne sont généralement pas affectées.

Que se passe-t-il dans votre corps pendant le syndrome prémenstruel ?

Les menstruations sont liées aux cycles hormonaux. Les niveaux d’hormones chutent pendant la première phase des menstruations, qui se produit en fait juste avant le début des menstruations. Cela peut entraîner chez les femmes des symptômes perturbateurs qui affectent certains aspects de leurs habitudes d’entraînement. Nous appelons cela le syndrome prémenstruel (SPM).

Les symptômes peuvent comprendre :

Sensibilité des seins
Rétention d’eau
Changements de comportement

D’autres signes physiques peuvent également être présents :

Douleurs osseuses et articulaires, maux de tête et symptômes digestifs tels que nausées, constipation ou diarrhée.

Crampes pendant les périodes

Les crampes sont une véritable… douleur. Et les crampes sont liées aux différentes douleurs qui se produisent pendant les menstruations.

D’après différentes études, nous savons que les crampes touchent entre 30 et 50 % de toutes les femmes en âge de procréer. Cela s’applique certainement à un grand nombre de femmes qui courent.

Effets positifs

La bonne nouvelle, c’est que l’augmentation des oestrogènes peut en fait avoir un effet positif sur votre niveau d’énergie, le point le plus élevé se situant pendant la phase d’ovulation (vers le 14e jour). Pour les sports d’endurance, l’œstrogène favorise le stockage de l’énergie dans les muscles, ainsi que l’entrée du glucose dans les cellules musculaires.

Conseils pour les coureuses pendant leurs menstruations

Produits pharmaceutiques &amp ; Médecine alternative

Avant tout, demandez à votre médecin de vous conseiller sur la prise d’analgésiques pendant vos règles. Les médecins prescrivent souvent des analgésiques simples comme le Tylenol, ou des doses infimes de médicaments comme l’Ibuprofène. L’aspirine augmente le risque de saignement, alors n’en prenez pas pendant vos règles.

Vous pouvez également vous tourner vers des traitements de médecine alternative comme l’homéopathie, la phytothérapie, etc.

La contraception

La plupart des athlètes féminines utilisent les contraceptifs tels qu’ils sont prévus, pour le contrôle des naissances. Cependant, les contraceptifs peuvent également être utilisés pour contrôler les cycles menstruels(4)

Le meilleur conseil est de parler avec votre médecin avant de changer ou d’utiliser une nouvelle méthode contraceptive. Veillez à parler de vos habitudes de course et d’entraînement et à obtenir des conseils personnalisés.

Adaptez votre entraînement pour pouvoir continuer à courir pendant les périodes

Si vous avez des règles douloureuses, ou si vous êtes plus fatiguée avant ou pendant vos règles, écoutez votre corps. Ne vous mettez pas dans une situation difficile. Cependant, si vous avez envie de vous défouler, n’hésitez pas à vous lacer.

Il est tout à fait possible de courir pendant les menstruations. Son lien avec de mauvaises performances n’est pas prouvé. La vérité est que chacun vit ses règles différemment. Il appartient à chacun d’adapter son approche de l’entraînement à sa condition physique et mentale actuelle.

A propos de l’auteur :

Pauline Six est médecin en médecine du sport pour Soins aux personnes âgées. Elle est spécialisée dans la réadaptation des athlètes (du diagnostic initial au réentraînement). Pauline est une coureuse passionnée ; elle participe à des compétitions de trail running de longue distance et à des triathlons.

***

Cet article a été rédigé par adidas Runtastic Team et traduit par LesRameurs.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesRameurs.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.